NAS et Virtualisation

SocialLink Station icon Tests du QNAP TS451

 

Introduction

Plutôt habitué aux NAS de Synology, je me suis laissé tenter par l’acquisition de mon 1er NAS de chez QNAP. En fait, la notion de virtualisation est l’atout qui a initialement attisé ma curiosité. En effet, les produits TurboNAS de ce constructeur intègrent l’application “Virtualization Station” et permettent l’hébergement de machines virtuelles sous Linux et/ou Windows sur un simple serveur NAS de type SOHO Sourire.

J’ai donc opté pour le modèle TS-451, équipé de 4 baies SATA, d’un CPU Dual-core Intel Celeron 2.41GHz et de 1Go de RAM SO-DIMM DDR3LowVoltage.

Note : Ce modèle dispose de 2 interfaces réseau gigabit (dont une sera dédiée aux machines virtuelles)

Tous les détails sur le site : http://www.qnap.com/i/fr/product/model.php?II=143

Préparation

Pour tester la virtualisation, j’ai préféré investir dans une extension maximum  de la mémoire à 8 Go, soit 2x4Go. C’est un peu galère pour l’insertion de la 2ème barrette (la tôle surplombe le slot de quelques millimètres) mais avec un peu de patience et de dextérité on fini par y arriver  sans démonter la carte mère Surprisoops

QNAP-TS451-1

Ensuite, on ajoute les disques dans les racks hot-plug (super facile, le colis contient 2 jeux de 4×4 vis selon le format 3” ou 2.5”) et puis on remonte le tout.

Installation de base

Pour la 1ère installation, rien de compliqué. Il suffit de disposer d’un ordinateur Mac ou Windows sur lequel on télécharge puis installe l’outil “QFinderhttp://www.qnap.com/v3/fr/product_x_down/product_down_cat.php?csn=4&p_cat=1

Une fois le tout connecté au réseau, lancez l’utilitaire qui va automatiquement scanner le réseau local puis (très probablement Clignement d'œil ) détecter votre NAS.

QNAP-QFinder

Cliquez sur la ligne correspondante afin d’ouvrir l’URL appropriée, puis sur le bouton “Se connecter” afin d’entrer les identifiants (par défaut) “admin” “admin”.

A la 1ère connexion, laissez-vous guider par l’assistant qui vous proposera toutes les étapes et bonnes pratiques pour une configuration optimale.(Mise à jour du firmware, initialisation des disques, changement du mot de passe, etc…)

La virtualisation

Une fois installé, rendez-vous dans l’interface QTS puis cliquez sur “App Center” dans l’écran d’accueil. Entrez “Virtualization” (Avec le “Z”) dans la zone de recherche, puis cliquez sur le bouton “Ajouter au QTS”. L’outil va effectuer le téléchargement puis l’installation automatique du package.

Une nouvelle icône “Virtualization Station” devrait apparaitre sur l’écran d’accueil. Il suffit de cliquer dessus afin d’ouvrir l’interface de gestion. (Très intuitive au demeurant Rire)

QNAP-Virtual-1

La solution de virtualisation de QNAP  est basée sur le produit open source BOCHS (Prononcez “Box”) qui est plutôt un émulateur de CPU x86 et non un hyperviseur. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bochs

Ceci étant, j’ai effectué des tests avec Windows Serveur 2012R2 (et 2008R2), soit 2 OS 64 bits, et j’avoue être relativement bluffé par les performances. Certes, avec des centaines d’utilisateurs en production ce serait surement une autre histoire, mais pour des besoins basiques au sein d’une TPE, je pense que ça peut  très bien faire l’affaire (type SOHO pour Small Office Home Office, pas les points de vente d’articles cadeaux  Clignement d'œil)

Pour la configuration de “Virtualization Station”, vous devrez désigner une des cartes réseau qui sera dédiée aux VM, ainsi qu’un emplacement de stockage pour l’hébergement par défaut  des VM (Fichiers de Config. fichiers ISO et disques durs virtuel .IMG).

La console des VM est soit en HTML5 (port 3388) ou Java selon vos préférences. QNAP-Console

Petit défaut (je n’ai pas encore la solution) – le clavier est une sorte de clavier QWERTY malgré les réglages sur ‘Français”. Donc pour une console sous Windows, utilisez le clavier visuel puis activez le bureau à distance pour un accès en RDP par la suite.

Pour le reste, c’est plutôt intuitif : Le menu général :

QNAP-Virtual-0

Vue d’ensemble

: Vue dynamique générale de l’utilisation CPU et mémoire) et résumé de chaque VM  dans une liste avec des boutons de contrôle pour chacune des VM.

QNAP-ControlVM

Un simple clic sur le nom de la VM ouvre une fenêtre de détails de la VM avec possibilité de gérer l’alimentation (Eteindre, Redémarrer ou forcer l’arrêt), mettre la VM en pause, réaliser un cliché instantané (snapshot), mais aussi insérer un CD/DVD virtuel (ISO) ou le pilote VirIO*

Créer VM

: Création d’une machine virtuelle à partir de modèles prédéfinis ou personnalisés sur l’allocation mémoire, le nombre de cœurs et la taille de disque virtuel que vous souhaitez allouer.

QNAP-CreateVM1

Ensuite vous pouvez préciser l’système d’exploitation invité (par défaut, “Générique”) – La liste des OS proposés est plutôt bien fournie:

– Pour Unix : FreeBSD 8. et 9.1, Sun Solaris 10

– Pour Linux : CentOS 6.0 à 6.4, Fedora 11 à 19, RedHat Enterprise 6, Suse Linux 11, Ubuntu 10.04 à 13.10, Opensuze 11 et 12.

– Windows : Windows Server 2003R2 à 2012R2 en passant par Windows XP à 8.1

Note : La solution Bochs supporte parfaitement les OS 64bits mais la mémoire de chaque VM est limitée à 4Go (Probablement lié au fait qu’il s’agisse d’un émulateur x86 2^32).

Le système s’installera ensuite à partir du fichier ISO que vous aurez indiqué dans le champ prévu à cet effet “Image CD”.

Importer VM

: Comme son titre le sous-entend, ce choix permet d’importer une machine virtuelle préalablement enregistrée : sur un PC ou un NAS au format *.ova, *.ovf, *.vmx, *.qvm, *.xml

Exporter VM

: La réciproque du choix précédent. Permet d’exporter une des machines virtuelles présentes sur le NAS au format *.ovf, ou *.qvm. Propose l’export des images ISO associées ainsi qu’une compression du résultat.

Note : Les VM ne doivent pas être en cours d’exécution ou en mode suspendu afin d’être exportées.

Paramètres réseau

: Ce choix permet de définir les interfaces de réseau dédiées à la virtualisation. Sur le modèle testé, une seule des 2 cartes doit être attribuée à l’usage exclusif des VM. Un graphique de charge réseau (paquets reçus / envoyés sur l’interface),  est également affiché dans cette page.

Clichés

: Permet de gérer l’ensemble des captures instantanées (snapshots) des machines virtuelles.  Pour réaliser un cliché il faut préalablement cliquer sur [Cliché] dans la page d’information d’une VM ou dans la barre d’outil de la console générale des VM.

Journaux

: Permet d’afficher (et rapatrier si besoin) les journaux d’évènements.

Préférences

: Permet de définir les préférences de Dossiers par défaut, Réglage de Console, Réglages UPnP et Langue.

Gestion des comptes

: Cette page permet de définir des utilisateurs auxquels vous pouvez attribuer des droits complets ou limités à la lecture seulement sur chacune des VM hébergées.

Marché de VM

: Cette page permet d’accéder à des bibliothèques de machines virtuelles préconfigurées (appliances) et publiées gracieusement sur https://bitnami.com/stack ou sur https://solutionexchange.vmware.com/store/category_groups/virtual-appliances

Pour l’instant j’ai installé un petit contrôleur de domaine, un serveur WSUS. Un serveur de déploiement MDT est le prochain sur ma liste, une fois que j’aurais dompté le RaspberryPI pour assurer l’amorçage PXE. (cf Blog de Julien Darakdjian)

Voilà, c’est tout pour cette fois

 

Salutations

Christophe

2 Commentaires

  1. julien

    La virtu sur Nas personnel c pas nouveau
    Voir produit de ve-hotech

    Répondre
    1. Christophe

      Effectivement, Q-Nap n’est pas le 1er, mais le prix semble plus accessible que les produits mentionnés. De plus, je ne fais aucunement la promotion d’une marque, c’est juste un petit retour d’expérience …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.